CHAÎNES
PUBLICATIONS
MELS
NOUVELLES
Mobilité
Emploi

communiqué de presse

78 % des Québécois favorisent la complémentarité entre les chaînes publiques et privées

Le mercredi 9 décembre 2020
Groupe TVA

Montréal, le 9 décembre 2020 – Alors que l’avenir de la télévision est au cœur des débats publics et parlementaires à la suite du dépôt du projet de loi visant à moderniser la Loi sur la radiodiffusion, Groupe TVA a mandaté la firme Léger pour réaliser une étude afin de sonder les Québécois et Québécoises sur leurs perceptions et leurs opinions quant au rôle et à la complémentarité des chaînes de télévision publiques et privées au Québec.

Faits saillants du sondage

Une complémentarité des mandats dans l’intérêt du public

  • 78 % des Québécois sont d’avis qu’il est dans l’intérêt du public que les contenus des chaînes publiques et privées soient complémentaires et non en concurrence.
     
  • 81 % de la population du Québec juge que les gouvernements devraient veiller à ce que les mandats des chaînes publiques soient précis et clairs afin qu’ils soient distincts des mandats des chaînes privées.
     
  • Plus de 50 % des Québécois croient que les chaînes publiques de Radio-Canada et de CBC doivent diffuser plus de contenus que les chaînes privées dans certains genres tels que les documentaires, le journalisme d’enquête, les nouvelles locales et internationales, et les productions québécoises et canadiennes.

Une offre de contenus payants jugée inacceptable

  • 93 % de la population du Québec est d’accord que CBC/Radio-Canada devrait être totalement transparente quant à la gestion financière de ses activités et à l’utilisation des fonds publics.
     
  • 67 % des Québécois estiment que le mandat de CBC/Radio-Canada devrait inclure la responsabilité de ne pas nuire directement à la gestion et à la rentabilité financière des chaînes privées.
     
  • 74 % des Québécois trouvent inacceptable que Radio-Canada, en tant que chaîne de télévision publique financée par l’État, offre des contenus payants réservés seulement aux abonnés via son service Tou.tv Extra.

Le Québec et le Canada ont fait le choix à l’époque de financer à même les impôts des contribuables un diffuseur public canadien doté d’un mandat et d’une culture de service public, contribuant « au partage d’une conscience et d’une identité nationales ». Or, au fil des ans, Radio-Canada s’est éloignée de sa raison d’être, en ressemblant de plus en plus aux diffuseurs privés, et ceci transparaît dans les résultats du sondage.

Pour Québecor, CBC/Radio-Canada doit voir son mandat clarifié et recentré afin qu’il soit complémentaire à celui des diffuseurs privés, tout en mettant fin à ses pratiques anticoncurrentielles et déloyales comme le dumping publicitaire, la surenchère en acquisition de contenus et, la dernière en liste, Tandem, son nouveau service de marketing de contenu aux visées commerciales.

Rappelons que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) tiendra des audiences sur le renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada à compter du 11 janvier 2021. Québecor sera entendue le 19 janvier prochain et réitérera sa position quant au mandat de CBC/Radio-Canada.

Citations

« Le nouveau projet de la Loi sur la radiodiffusion a fait état de la nécessité d’assurer une équité réglementaire entre les entreprises numériques étrangères et les entreprises locales de radiodiffusion traditionnelles, importants véhicules culturels et identitaires. Si ces mesures tant attendues par l’industrie sont essentielles, force est de constater que le rôle et la complémentarité des diffuseurs publics et privés sont des enjeux d’intérêts pour les Québécoises et Québécois. L’avenir de notre télévision et la diversité de son offre dépendent d’un écosystème équilibré où chaque diffuseur a son rôle à jouer », a souligné Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor.

« Il est fondamental que les diffuseurs publics et privés apportent une contribution distincte et complémentaire afin de continuer à innover et de préserver l’auditoire québécois. Il est donc important de traiter de cette question et d’agir sans délai, au bénéfice de notre système de radiodiffusion et des téléspectateurs d’ici », a mentionné France Lauzière, présidente et chef de la direction de Groupe TVA et chef du contenu de Québecor Contenu.

Pour consulter le sondage complet

Revenir à la liste des communiqués